banniere du site www.notreprovence.fr

LE MONT-VENTOUX, GEANT DE PROVENCE.



Le Mont-Ventoux, vue des Gorges de la Nesque, à proximité de Villes sur-Auzon.

Trônant sur la Provence du haut de ses 1912 mètres d’altitude, le Mont-Ventoux domine la plaine du Comtat Venaissin avec ses vignobles du Côtes du Ventoux et son terroir de truffes de qualité, le village de Sault avec ses étendues de lavande sur le Plateau d'Albion, la vallée du Toulourenc avec ses villages perchés, ou encore le site antique de Vaison-la-Romaine. Paradis des sportifs, le « Géant de Provence » est devenu le théâtre d’étapes mythiques sur le Tour de France cycliste. Long de 25 kilomètres sur un axe est-ouest et large de 15 kilomètres sur un axe nord-sud, le Mont-Ventoux accueille onze communes. Il constitue avec la Montagne de Lure la frontière linguistique entre le nord-occitan et le sud-occitan.

L’origine du nom « Ventoux » proviendrait suivant les théories, de deux origines différentes. Selon la première théorie, le nom serait issu du langage celtique « « Ven top » que l’on peut traduire par « montagne blanche ». La seconde théorie nous ramène au langage provençal, « Ventor » selon la norme classique ou « Ventour » selon la norme mistralienne, qui signifie « exposé au vent ». Depuis 1990, L’UNESCO a classé le Mont Ventoux « Réserve de Biosphère », étant donné les conditions climatiques extrêmes régnantes à son sommet, et permettant le refuge d’espèces végétales extrêmement rares. Il y fait souvent froid, et le mistral atteint des vitesses record, dépassant les 300 km/h.

D’un point de vue historique, le Mont-Ventoux est peuplé depuis la préhistoire. L’essor économique du Mont-Ventoux commence au XIIème siècle, avec le déboisement intensif au profit du chantier naval de Toulon pendant près de 6 siècles. Les charbonniers, installés dans le massif, ont également grandement participé au déboisement. Une prise de conscience interviendra dans les années 1850 sur le problème causé par le déboisement. Dès lors, il est décidé de planter des chênes truffiers, mais pas seulement. Des essences locales, mais aussi exotiques seront également plantées. L’économie du Ventoux se tourne dans l’élevage bovin entre le XIVème et le XIXème siècle. Les bergers, ou « pastres » en provençal, utilisaient des chemins pour parcourir le Ventoux, qui sont devenus aujourd’hui des GR. Une autre économie s’est développée au XVIIème siècle, les glacières du Ventoux ! Ces fabriques de glace servaient principalement à la création de sorbets, ou encore à la conservation des cadavres. Les livraisons se font jusqu’à Nîmes et même Montpellier. L’apparition de la glace artificielle à la fin du XIXème siècle mettra fin à cette économie. Les routes firent leurs apparitions à partir des années 1930, au nombre de 3, permettant le développement du tourisme vert en été et en hiver, en même temps que l’organisation de grands évènements sportifs.

Le Mont-Ventoux, également appelé le « Mont Chauve » en raison de son paysage lunaire en son sommet, est le plus haut sommet du département du Vaucluse. En raison de son éloignement avec les autres pics environnants, il apparait plus imposant qu’il ne l’est réellement, ce qui lui vaut le surnom de « Géant de Provence ». Du sommet, par temps dégagé, le panorama proposé est tout simplement magnifique : au nord on aperçoit le Mont-Blanc ainsi que toute la chaîne des Alpes, et au sud la Mer Méditerranée. On peut également apercevoir la Sainte-Victoire, la Camargue, l'étang de Berre et on distingue également le Massif Central !

Le Mont-Ventoux offre un parcours sensoriel exceptionnel, rendu possible grâce à un terroir riche et varié. La visite commence par les vignes installées depuis l’époque romaine sur les flancs du Mont Ventoux. Cette vigne qui murît à l’abri de cette sentinelle chauve donne un vin « Côtes du Ventoux », AOC depuis 1973. Le parcours sensoriel continue sur les champs de lavandes, qui embaument et illuminent les pieds du Géant de Provence. On continue cette excursion avec une pause gourmande, sur le sol calcaire, avec les saveurs de la truffe, ou encore les cerises des Monts de Venasque ou la fraise dite « de Carpentras ». Un régal de saveurs et de fraîcheur en quelques kilomètres !

Si le Mont-Ventoux est un symbole de la Provence, c’est aussi grâce à son histoire passionnée avec le monde du sport, et notamment avec le cyclisme. Les deux plus grandes courses cyclistes courues sur le sol national (Tour de France et Dauphiné Libéré) empruntent régulièrement ses pentes, bordées de masse rocheuse austère, avant d’atteindre le sommet désertique d’une blancheur immaculée. On dénombre de nombreux grands champions parmi les vainqueurs d'étape du Ventoux. Mais c’est aussi un paradis pour les sportif amateurs en quête de défi personnel : ascension en vélo, en randonnée ou même plus récemment en roller, ou encore amateurs de courses automobiles. En hiver, une station de ski vous accueillera pour le ski et la randonnée en raquette.

Comment terminer cette présentation sans aborder l’image véhiculée par le Mont-Ventoux auprès des poètes et des peintres provençaux ? Le Géant de Provence a souvent été une source d’inspiration, tout comme l’est aussi la Sainte-Victoire plus au sud. Le site a aussi servi de décors pour des long métrages et documentaires. On peut citer les félibres Théodore Aubanel et Frédéric Mistral qui ont puisé leur inspiration sur le Mont-Ventoux, ou encore le peintre provençal Pierre Grivolas venu lui aussi peindre le Ventoux et ses villages environnants, considérés avec son frère Antoine comme les peintres majeurs du Ventoux.


Vous souhaitez nous suivre sur Facebook : rien de plus simple, aimez la page sur Suivez-nous sur Facebook !



Découvrir le relief de la Provence :

Les Montagnes:
- les Alpilles : massif s'étendant de la Durance au Rhône, de Lamanon jusqu'en Arles.
- le Luberon : massif provençal s'étirant de Cavaillon à Manosque.
- la Montagne de Lure : Trésor méconnu de Haute Provence.
- le Mont-Ventoux : Géant de Provence trônant sur la Provence.
- la Sainte-Victoire : La muse de Cézanne.

Les Plateaux :
- le Plateau de Valensole : Grenier de la Provence, Haut-lieu de la culture de la lavande.
- le Plateau d'Albion : Champs de Lavande à perte de vue, mêlés au champs de blé, voici un tableau vivant de la Provence.

Cliquez ici pour remonter en haut de la page !

© www.notreprovence.fr

Suivez-nous sur Facebook
2006 - 2017 | Plan du site | Francais - English - Contact
© Copyright : Toutes les images et les photos de ce site ne doivent pas être utilisées sans notre accord.