LES FETES DE LA SAINT ELOI.


Saint-Eloi, la Cavalcade  Saint-Eloi, les danseuses

Saint-Eloi (588-660), qui a servi en qualité d'évêque dans la cathédrale de Noyon, est surtout connu pour avoir été au service, entre autres, du Roi Dagobert, comme nous le rappelle la célèbre chanson ! Mais ce Saint Homme était également, et surtout, le patron d'ouvriers travaillants les métaux tels que les maréchaux-ferrants, les charretiers, les laboureurs ou encore les orfèvres et autres armuriers. Saint-Eloi est également le protecteur des mulets, des ânes et des chevaux. Selon l'expression provençale, Sant Aloi es un bouon sant, si fèsto dous coup l'an, qui peut se traduire par : Saint-Eloi est un bon Saint, on le fête deux fois par an. Une fois le jour de la fête religieuse, le 1er décembre, ainsi qu'une seconde fois, le 25 juin, jour du transfert de ses reliques de la cathédrale de Noyon à Paris en 1212. C'est lorsque l'été arrive que les fêtes traditionnelles de la Saint-Eloi réapparaissent. Chaque commune provençale a adoptée une date spécifique, en fonction de son histoire, et chacune a son propre déroulement, même si celui-ci ne varie guère d'un village à l'autre.

Cette fête est une coutume provençale des plus colorées, répandue essentiellement dans le nord des Alpilles, bien qu'elle soit célébrée au moins d'Avignon à Toulon. En règle générale, la fête est articulée autour de la cavalcade des Carreto ramado, soit des charrettes feuillues. En fait, il s'agit là d'une simple charrette décorée de branches d'ormeau, qui est tirée par une trentaine de chevaux de trait, à qui la fête rend alors hommage en souvenir du temps où le cheval était l'outil de travail, le moyen de déplacement ainsi que l'ami fidèle de nos ancêtres. L'origine de ce défilé remonte au Moyen Age, à l'époque où les villageois constitués des milices servant à défendre leur terre. Ainsi, chaque village possédait sa cavalcade, sa milice, dirigeait par un capitaine, terme désignant également le chef dans ces cavalcades. Il portait à son époque un porte enseigne, de nos jours le gaillardet.

Cette grande fête populaire doit également son succès à l'environnement des cavalcades. En effet, pour accompagner ce défilé, les habitants revêtissent les costumes typiques provençaux. Les chevaux sont bien entendus également à l'honneur, parés de leurs plus beaux attributs : une grande couverture blanche ornée de rubans rouges vient le recouvrir. Enfin, l'ensemble de ce défilé est accompagné par les Galoubets et Tambourins, jouant des airs typiquement provençaux, entraînant sur leur rythme les danseurs folkloriques, rendant cette fête un pur moment de bonheur pour les provençaux, ainsi que pour ceux venu découvrir cette tradition.

Comme précédemment expliqué, chaque commune s'est appropriée cette tradition et vous pourrez apercevoir en parcourant les villages de Provence durant l'été, des ajustements. Certains pratiquent également une bénédiction des chevaux, une distribution de pains bénits, etc.... En aucun cas, si vous vous trouvez en Provence cet été, ne manquez pas la tradition populaire provençale la plus folklorique de notre région !


Saint-Eloi, la charette  Saint-Eloi, les tambourinaire


Vous souhaitez nous suivre sur Facebook : rien de plus simple, aimez la page sur Suivez-nous sur Facebook !


© www.notreprovence.fr

Suivez-nous sur Facebook
2006 - 2019 | Plan du site | Francais - English - Contact
Partenaires: tv-direct.fr
© Copyright : Toutes les images et les photos de ce site ne doivent pas être utilisées sans notre accord.