LA LEGENDE DE LA COULOBRE, FONTAINE DE VAUCLUSE.

La légende de la Coulobre prend ses racines dans le département du Vaucluse, près du village de Fontaine-de-Vaucluse, dans la rivière voisine, la Sorgue. Une horrible bête, ressemblant fortement à un Drac, habitait dans l’exsurgence de la Sorgue. Cette créature monstrueuse restait cachée, et attendait la tombée de la nuit pour sortir de sous les rochers, pour aller se nourrir, terrorisant les habitants. Ces derniers ne virent qu’une seule solution, se tournait vers l’Evêque de Cavaillon, Saint-Véran.

La légende nous amène au VIème siècle après JC, dans le village de Fontaine-de-Vaucluse. Une horrible créature ailée, moitié salamandre et moitié dragon vivait paisiblement dans l’exsurgence de la Sorgue, à la recherche d’un époux. Elle était surnommée la Coulobre, nom dérivé de Couleuvre. Sa vie bascula lorsqu’elle rencontra un dragon qui l’enfanta. Une salamandre noire tachetée d’or naquit de leur union, mais la légende raconte que le Dragon s’enfuit alors, et abandonna la Coulobre…

La Coulobre chercha alors désespérément un nouvel époux, afin de l’aider à élever son bébé, mais sa laideur repoussait tous les prétendants. L’hideuse créature restait alors tapie au fond de la Sorgue, rongée par la honte et par la solitude, attendant la tombée de la nuit enfin se montrer, au plus grand malheur des villageois ! En effet, la haine emplissait à présent la Coulobre, qui terrasser les animaux et humains qui se trouvaient sur son passage…

La légende raconte qu’un ermite, dénommé Véran serait ainsi venu au secours de la population. Comme dans la plupart des légendes, plusieurs versions différent sur le dénommé Véran, tantôt ermite, tantôt Evêque. Quoi qu’il en soit, la légende nous rapporte que cet ermite Véran se serait attaqué à la Coulobre. Il aurait guetté l’animal de nombreux jours, et au moment au la créature se serait montrée, il l’aurait vaincu, en signant d’un signe de croix. La créature aurait été blessée grâce à ce signe, et aurait volé longtemps en gémissant, avant de s’écraser sur les hauteurs des Alpes, près d’un hameau qui porte aujourd’hui encore le nom de Saint-Véran, en l’honneur au héros de Fontaine-de-Vaucluse. C’est par cet acte qu’il serait devenu évêque de Cavaillon.

La légende nous remémore encore de nos jours que l’on a longtemps cru que la créature était morte dans les Alpes, mais que de temps en temps, à la tombée de la nuit, de jeunes hommes disparaissaient dans les eaux de la Sorgue, des disparitions qui restent mystérieuses… mais pas pour tout le monde. Une variante de la légende nous explique que la Coulobre a d’abord été catapultée dans le Luberon, précisément dans l’actuelle Combe de Lourmarin, expliquant le tracé sinueux de cette route reliant Lourmarin vers le pays d’Apt.

Pour retrouver trace de notre Coulobre, il faut ensuite attendre le XVème siècle et Pétrarque, qui fut attaqué par la créature. Alors qu’il déambulait en bordure de la Sorgues avec Laure, sa bien-aimé, il se retrouva face à la créature pour un combat frontal. D’un coup d’épée, il tua la créature, qui, pour se venger, projeta son haleine pestilentielle. Laure, respirant cette haleine nauséabonde mourut ensuite de la peste. Pétrarque n’en s’en remis jamais, mais la Coulobre a bel et bien disparue de l’histoire par la suite, nous laissant plus que la Combe de Lourmarin en souvenir, ainsi que quelques statues…


Saint-Véran maitrisant la Coulobre

Vous souhaitez nous suivre sur Facebook : rien de plus simple, aimez la page sur Suivez-nous sur Facebook !


© www.notreprovence.fr

Suivez-nous sur Facebook
2006 - 2018 | Plan du site | Francais - English - Contact
Partenaire: tv-direct.fr
© Copyright : Toutes les images et les photos de ce site ne doivent pas être utilisées sans notre accord.