banniere du site www.notreprovence.fr


JEAN GIONO, POETE PROVENCAL, 1895-1970.



Jean Giono

Jean Giono est né le 30 mars 1895 à Manosque. C'est au coeur de cette Provence à laquelle il tenait tant qu'il écrira ses plus belles oeuvres et c'est dans la Provence que Giono trouvera l'inspiration de ses oeuvres.

Originaire d'une famille pauvre, Giono arrête ses études prématurément, et, à l'âge de 16 ans, commence à travailler dans une banque afin d'aider financièrement sa famille. En 1914, Giono part à la guerre durant laquelle il participe à la bataille de Verdun. Il est légèrement gazé et voit beaucoup de ses amis mourir durant cette guerre. Il en revient en 1919, à Manosque et récupère son emploi à la banque. Il publie en 1924 son premier recueil de vers : Accompagnés de la Flûte. C'est en 1929 qu'il connaît son premier succès avec Collines. Il sort ensuite le second volet, Un de Beaumugnes qui sera suivit l'année suivante par le dernier volet de la trilogie de Pan : Regain. Il décide alors de se consacrer à l'écriture et quitte son emploi à la banque. Giono écrit alors des récits symbolisant son pacifisme, son amour à la nature et son attachement aux traditions rurales. Il se rapproche alors des communistes, mais se rend compte alors que le communisme et le capitalisme sont très proches. Cependant, son attachement marqué pour les communistes et surtout ses écrits lui vaudront un séjour de 2 mois dans les prisons marseillaises lors de la seconde guerre mondiale. Un non-lieu est prononcé et Giono est libéré, et dégagé de ses obligations militaires. Il s'éloigne alors des récits engagés et se concentre sur la traduction de Moby Dick. Mais à la Libération, il est de nouveau emprisonné, à cause de la rancune que lui vouent les communistes. Il est libéré en janvier 1945, sans avoir été inculpé. Il se retrouve exclut du Comité national des écrivains et ne peut plus publier durant 3 années.

Après cette quarantaine passée, Giono place au centre de ses récits les hommes, reléguant au second plan la nature. Il décrit l'humanité sous un aspect sombre. C'est le début du cycle du Hussard : Angelo (écrit en 1945 mais publié en 1948), Mort d'un personnage (1949), Le Hussard sur le toit (1951 - adapté au cinéma par Marcel Pagnol) et le bonheur fou (1957). En parallèle, Giono écrit une série de grands récits : les chroniques : Un roi sans divertissement (1947), Noé (1948), les âmes fortes (1950), les grands chemins (1951).

En 1954, il est élu à l'Académie Goncourt. Il écrit durant une dizaine d'années des romans de fictions, avant de se consacrer à la filmographie. Au cours de ses dernières années de vie, son travail est ralenti par des problèmes cardiaques. En 1970, dans la nuit du 8 au 9 octobre, Giono meurt d'une crise cardiaque.


Vous souhaitez nous suivre sur Facebook : rien de plus simple, aimez la page sur Suivez-nous sur Facebook !



Découvrir les écrivains provençaux:

- Joseph d'Arbaud : Poète et Gardian, Joseph d'Arnaud est l'auteur de la bête de Vaccarès.
- Arène Paul : Ecrivain pratiquement inconnu, il a notamment travaillé en collaboration avec Alphonse Daudet sur des oeuvres célèbres.
- Aubanel Théodore : membre fondateur du Félibrige, il reste placé entre Mistral et Roumanille dans l'opinion publique comme un des trois piliers du renouveau de la culture provençale.
- Brunet Jean : membre fondateur du Félibrige, poète provençal mélancolique, Brunet était un utopiste, rêvant d'un Paradis terrestre.
- Castil-Blaze : Castil-Blaze fut un porte drapeau de la langue provençale à Paris.
- Crousillat Antoine-Blaise : Antoine-Blaise Crousillat a une place d'honneur dans l'histoire félibréenne, notamment en étant nommé majoral du Félibrige.
- Daudet Alphonse : Conteur et romancier, Alphonse Daudet a vécu la majeure partie de sa vie à Paris.
- Dumas Adolphe : Adolphe Dumas fut un poète très doué.
- Garcin Eugène : Eugène Garcin participa très activement au mouvement félibre.
- Gelu Victor : poète et chansonnier provençal du XIXème siècle, un des plus grands poètes en langue provençale.
- Giera Paul : membre fondateur du Félibrige, il reste surtout connu comme l'hôte de Font-Ségugne.
- Giono Jean : C'est au coeur de la Provence à laquelle il tenait tant qu'il écrira ses plus belles oeuvres et c'est dans la Provence que Giono trouvera l'inspiration de ses oeuvres.
- Mathieu Anselme : membre fondateur du Félibrige, Il laisse dans l'histoire une image d'un poète exquis, qui, avec ses rythmes et ses rimes, portera un nouveau souffle sur la Provence.
- Mistral Frédéric : Membre fondateur du Félibrige, Mistral a réhabilité la langue occitane en la portant aux plus hauts sommets de la poésie épique.
- Pagnol Marcel : s'est toujours inspiré de sa Provence natale pour devenir un des plus grands écrivains et cinéastes de son époque.
- Roumanille Joseph : véritable Père du Félibrige, Roumanille laissera l'image d'un acteur essentiel dans le développement de la culture provençale.
- Roumieux Louis : Louis Roumieux restera comme un poète du peuple sans vulgarité, c'est un des représentants les plus étincelants de l'esprit provençal
- Tavan Alphonse : membre fondateur du Félibrige, il reste comme le poète du coeur du Félibrige.
- Zola Emile : le nom d'Emile Zola est fortement lié à celui de la montagne Sainte Victoire, ainsi qu'à son ami d'enfance Paul Cézanne.

Les compositeurs:

- Saboly Nicolas : Compositeur provençal, auteur de Noëls provençaux célèbres aujourd'hui.
- Vincent Scotto : Compositeur provençal, auteur de près de 4.000 chansons, 60 opérettes marseillaises et près de 200 musiques de film.

Cliquez ici pour remonter en haut de la page !

© www.notreprovence.fr

Suivez-nous sur Facebook
2006 - 2016 | Plan du site | Francais - English - Contact
© Copyright : Toutes les images et les photos de ce site ne doivent pas être utilisées sans notre accord.