ALPHONSE DAUDET, POETE PROVENCAL, 1840-1897.


Alphonse Daudet

Alphonse Daudet est né à Nîmes le 13 mai 1840 et il est décédé à Paris le 16 décembre 1897. Conteur et romancier, Alphonse Daudet a vécu la majeure partie de sa vie à Paris, effectuant de nombreux séjours en Provence, du côté de Fontvieille. Il s'inspirera pour ses oeuvres, de poètes provençaux apparentés au Félibrige, tels que Joseph Roumanille, dont il retranscrira Le Curé de Cucugnan ou encore Louis Roumieux. Malgré son talent, Alphonse Daudet aura une reconnaissance tardive de ses pairs.

Les études du jeune Daudet seront écourtées et il doit renoncer à passer son baccalauréat à cause de la faillite de son père. Pour gagner sa vie, il devient maître d'étude à Alès. Cette expérience pénible lui inspirera son premier roman quelques années plus tard, en 1866, Le Petit Chose, roman autobiographique. Daudet s'exile à Paris rejoindre son frère et mène à la capitale une vie de bohème. Il publie un recueil de vers en 1858, Les amoureuses, mais surtout il fait une rencontre qui va influencer le reste de son existence littéraire : Frédéric Mistral. En 1860, il met de côté ses talents de chroniqueur au Figaro notamment, en devenant secrétaire du duc de Morny, ce qui lui laisse beaucoup de temps pour se consacrer à ses passions : les chroniques et les contes. Il écrit également ses premières pièces de théâtres qui ne connaissent pas un franc succès.

A la mort de ce personnage, Daudet se consacre à l'écriture de roman, consacrant énormément de temps à celui qu'il désigne comme "un grand poète épique", Frédéric Mistral. Lors de ses séjours en Provence, Daudet passe de longs moments dans un moulin, le moulin de Ribet, sur les hauteurs de Fontvieille. Ce moulin abandonné l'inspire, avec l'odeur enivrante du thym, de la lavande sauvage, le bruit incessant des cigales durant les après-midi d'été et la vue imprenable sur les Alpilles. Il commence alors les premiers textes des futures fameuses Lettres de mon moulin. Mais auparavant, c'est la Dernière Idole, écrit entre 1862 et 1865 qui sera son véritable premier succès. Il publiera également ce roman sous forme de feuilleton durant tout l'été 1866, sous le nom des Chroniques provençales.

Alphonse Daudet terminera et publiera son recueil de textes Les Lettres de mon moulin en 1870, avec en point d'orgue La Chèvre de Monsieur Seguin. Mais il n'en oublie pas qu'il est avant tout un conteur et publie en 1872 Tartarin de Tarascon, ainsi que L'Arlésienne. Daudet continue l'écriture avec entre autres Les Contes du Lundi1873, Fromont jeune et Risler ainé 1874, Jack 1875, Le Nabab 1877, Les Rois en exil 1879, L'évangélistes 1882 ou encore l'Immortel en 1883. Malgré son talent, Daudet n'a pas écrit l'intégralité des oeuvres qui lui sont attribuées, certaines, comme La Chèvre de Monsieur Seguin ont été écrites par son grand ami Paul Arène.

Alphonse Daudet est atteint d'une maladie incurable de la moelle épinière et arrête de publier en 1895 avant de décéder deux années plus tard, le 16 décembre 1897. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris, l'oraison funèbre étant prononcée par un autre grand ami de l'écrivain, Emile Zola.

Vous souhaitez nous suivre sur Facebook : rien de plus simple, aimez la page sur Suivez-nous sur Facebook !


© www.notreprovence.fr

Suivez-nous sur Facebook
2006 - 2018 | Plan du site | Francais - English - Contact
Partenaire: tv-direct.fr
© Copyright : Toutes les images et les photos de ce site ne doivent pas être utilisées sans notre accord.